La marmotte ardéchoise

YouTube player

Historiquement, la Marmotte était absente du Massif central ; elle a été introduite au cours des années 80 dans le massif du Mézenc.

Différents objectifs se sont conjugués pour conduire cette introduction, parmi lesquels : a) une recherche de diversification biologique de l’écosystème appauvri par l’absence d’espèces emblématiques comme il s’en trouve dans les Alpes ou les Pyrénées, b) une diversification de la ressource alimentaire pour quelques grands rapaces ; c) une attraction touristique évidente associée à une sympathie générale pour cette espèce.

Lors de son introduction, la marmotte a fait l’objet d’un classement en espèce protégée par arrêtés préfectoraux dans les deux départements concernés, l’Ardèche et la Haute Loire. Au total, ce sont 108 marmottes qui ont été introduites pour assurer la diversité biologique. La population s’élève aujourd’hui entre 250 et 300 individus.

La présence de cette nouvelle espèce ne semble pas encore avoir d’impact sur le régime alimentaire des grands rapaces présents dans le massif. Cependant, les petits carnivores (en particulier les renards) ont su être opportunistes dès les premières années après les lâcher. Il est indéniable que cette opération apporte un gain de diversité dans l’écosystème.

.

Marmottes-Mont-Mezenc-Itineraire-Ardeche
Marmottes-Mont-Mezenc-Itineraire-Ardeche